Histoires de sex bus sexe

histoires de sex bus sexe

...

Sexe entre jeune le sexe emplix

On finit par rentrer dans son appartement, elle me dit de m'installer dans le salon pendant qu'elle préparait le café. Quelques minutes plus tard, elle revint habillé d'une simple nuisette qui mettait ses formes grandement en valeur. Je distinguais aisément ses seins et sa culotte. D'ailleurs, je n'aurais jamais cru qu'elle avait une poitrine aussi grosse, ceux de ma copine semblaient bien petit à coté.

Nous nous assîmes donc sur son canapé et bûmes le café. Au bout de quelques minutes, je ne pouvais plus résister à l'envie de l'embrasser. Je prenais sa tête entre mes mains et posais mes lèvres sur sa bouche. Elle ouvrit la sienne et fourra sa langue entre mes lèvres. Nos langues se cherchaient, se touchaient, s'enroulaient, on s'embrassait chaleureusement pendant de longue minutes. Puis je me mis à penser à ma copine. Du coup, pris de remord, j'eus un mouvement de recul.

Je ne savais pas quoi lui répondre. En effet, on pouvait distinguer assez facilement une grosse bosse dans mon pantalon. Et en plus de mon expérience, je n'ai aucun tabou! Je la pris dans mes bras, l'enlaçais et l'embrassais de nouveau. Puis, je lui retirais sa nuisette.

J'avais en face moi un corps somptueux. Elle me pris alors par la main pour me conduire à sa chambre. Une fois dans sa chambre, j'embrassais ses seins et suçais ses tétons qui se réveillaient à mes coups de langue. Puis, je descendais vers son ventre, j'embrassais son nombril au passage avant que mon visage ne se pose devant sa culotte. Je posais mes mains sur ses fesses, mes doigts passaient sous sa culotte et chatouillaient ses fesses, je la sentais frémir.

Je fis alors descendre sa culotte afin de lui retirer. Je découvrais alors son sexe, une chatte pulpeuse et un peu poilue, je distinguaient ses grosses lèvres déjà humides. Du coup, je me levais afin de me déshabiller complètement puis elle m'embrassa à nouveau avant de se mettre à genoux devant moi.

Elle prit mon pénis dans sa main et le caressa lentement, puis elle lécha ma hampe sur toute la longueur avec sa langue tout en me caressant les testicules. Enfin, elle me pris en bouche, sa langue tournait autour de mon sexe, puis elle l'enfonça complètement dans sa bouche, c'était la première fois qu'une femme me faisait une gorge profonde et je dus me concentrer pour ne pas jouir trop vite.

Du coup, je le lui dis. Elle s'allongea alors sur le dos et écarta légèrement ses jambes. Cette femme à l'allure si conventionnel se lâchait complètement. Je ne la fis pas attendre. Je mis ma tête entre ses jambes avant de commencer à lécher son minou déjà mouillé, sa cyprine avait un goût plus fort que celui de ma copine et j'adorais ça! Je sortis son clito de son capuchon et le titillais avec ma langue. Puis, j'écartais ses lèvres lentement et y introduit ma langue tout en jouant avec son clito entre mes doigts.

Son corps ondulait, elle gémissait de plaisir, puis je retirais ma langue pour lui mettre deux doigts. Je la masturbais ardemment pendant plusieurs minutes, elle criait de plus en plus fort tandis que j'introduisais un troisième doigt. L'entendre crier son plaisir m'excitais encore plus. Fais de moi ta chienne du jour! Sans plus attendre, j'introduis alors mon sexe dans sa chatte, la sensation était fantastique.

Je commençais des vas-et-vient rapide, je tapais jusqu'au fond de sa grotte. Dans le même temps, je jouais avec son clito et ses tétons durs, je pelotais ses seins avec mes mains.

Au bout de quelques minutes, on finit par changer de position, elle se mit en levrette. Je fis alors de nouveau de violent vas-et-vient dans son vagin. Mes testicules tapaient contre le haut de ses cuisses. Dans le même temps, je massais son anus avec l'un de mes doigts.

Baise bien ta pute du jour! Je récupérais de sa mouille puis, j'enfonçais un doigt dans son petit trou, tout en continuant de limer son vagin avec ma verge avant d'en enfoncer un deuxième. Ce qui fit immédiatement effet vu ses cries.

D'ailleurs, j'étais étonné qu'aucun de ses voisins ne viennent se plaindre tant on devait faire du bruit. Je n'étais pas habitué à faire l'amour à une femme qui parlé autant pendant l'acte, ça me galvanisais et me poussais aussi à lui parler! Fais regretter à ta copine d'être partie si loin! Cela dura encore de longues minutes jusqu'à ce que je sentis que je n'allais pas tarder à exploser.

J'enfonçais alors mon sexe au fond de sa grotte une dernière fois avant de décharger une quantité assez énorme de mon sperme en elle. Puis j'ai sorti mon porte document et je suis allé au piano. Le prof' releva la tête et me regarde. Je lui sourit et j'ai marqué un temps de pause. J'avais oublié de retirer mes écouteurs. Je l'es ais retirais et j'ai rangé mon Ipod dans ma poche. On préparait le concert de noël. J'ai était choisie comme pianiste et je participais à se concert contre ma volonté.

Mathilde était à la première basse et au chant, Justin à la seconde guitare, Angelina à la seconde basse, Cassy à la première guitare, Gabriel faisait de la batterie et Marina la 3ième guitare.

J'ai tourné les pages jusqu'à la partition de Nirvana - Smells Like Teen Spirit qui durait à peu prés 4 minutes et je ne levais pas les yeux vers Mathilde, qui m'observait. Il était à côté de moi car l'ampli était à côté de moi. J'ai regardé le prof' et il commençait à parler du concert qui avait lieu le 15 Décembre. Et on était le 9 Octobre. Il restait 2 mois et quelques jours. Le professeur me regarda et me dit: Tu souhaiterais pas faire du chant en fond? Je lui fît non de la tête et je rajoutais: Ce qui n'était pas complètement faux car on ne m'avait jamais demandé de chanter.

On faisait ça sans aucune erreur et au bon rythme. A la fin on a mérité des applaudissement de la part du prof' et on a recommencé 5 ou 6 fois. A la fin de l'heur, donc à 13h30, la sonnerie retenti. J'ai refermé mon porte document et j'ai fermé le piano. Avant même que je ne finisse de mettre mon porte vue, tout le monde était parti, sauf le prof' évidement. J'ai mit ma veste à la hâte et j'ai planqué mon écharpe et mon bonnet dans ma poche.

Je suis sorti de la classe en marchant rapidement quand j'entendis Mathilde crier: Je me suis mise à marcher encore plus vite. Mais malgré ça il m'a rattrapé. Puis il a dit: Puis j'ai dévalé les escaliers à la hâte afin de ne pas être en retard au cours suivant. Mathilde était toujours à côté de moi et une fois dehors il c'est remis à me parler: J'ai un rendez-vous à 18h. Puis je l'ais devancé et je suis entré dans le bâtiment D, je me suis dirigé vers la classe 4D, les derniers élèves sortaient quand je suis entrée.

Les autres étaient partit fumer un clope sans doute. Je pris ma place habituelle, au fond à côté des fenêtre. Mathilde est venue s'installer à côté de moi puisqu'on avait le droit de changer de place sans l'autorisation du prof'. J'ai retiré ma veste et j'ai sorti mes affaires et j'ai dis: Puis la prof fît la liste des absent. Donc 18 personnes, il n'y avait que moi et Mathilde, comme d'habitude. Les cours de littératures n'étaient pas très apprécié par les élèves, pourtant moi j'aimais bien.

Oui mais non, on parle de moi la. On parle de la fille aux cheveux longs, noir, carré et à la frange qui s'arrête pile au dessus des yeux. Qui a un portable qu'elle n'utilise pas. Qui préfère les lettres au lieu de se créer un profil facebook. Je suis comme ça et c'est tout! Bref, Madame Vicain commençais son cours. Et je l'écoutais en sortant mon livre. Mon voisin, pour ne pas l'appeler par son prénom, faisait de la gym des doigts et une fois mon livre sorti, je l'ais regardé et j'ai dis: Il regarde sous la table, je portais des ballerines noires, avec un jean slim bleu foncé et un débardeur rouge.

Il me sourit et tout se passa bien. Je ne sais pas trop de quoi ça parle, mais je sais que c'est allemands. J'avais cours d'art plastique quand la vie scolaire nous a prévenue que Madame Chateaubriand était absente. Après le café évidemment. Je mît ma veste, mon écharpe et mon bonnet.

Puis j'ai rangé mes affaires, j'ai mis mon sac à dos sur mon épaule et je me suis dirigé vers la porte. Mathilde m'attendais et il m'a regardé. Je l'ai regardé et j'ai dis: Je déroulais mes écouteurs de mon Ipod Touch et je les ais mis. J'ai lancé la playliste de superbus cette fois-ci. J'ai mis la musique à 25, pour que je puisse l'entendre s'il me parle. Il écrivait des sms de tout manière.

Je sorti du bâtiment et j'ai mis mes mains dans mes poches. Je réfléchissais à la manière dons j'allais faire le paragraphe argumenté du livre. Je suis habituée à en faire, de toute manière, ce n'est pas bien difficile. Puis, j'ai tourné la tête à ma droite, il était toujours là, il me lança un regard interrogateur au quel j'ai répondu par un haussement d'épaule.

Mathilde n'était pas beau. Mais de toute manière, je suis inintéressante. Bref, une fois devant le lycée, nous avons traversé la route et nous sommes passé par le parc. Il me regarde et me dit: Puis il me fixa longuement. On a continué de marcher silencieusement. Une fois arrivé devant l'arrêt de bus, je me suis assise sur le banc. Il c'est assis à côté de moi.

Je me suis reculé de quelque centimètre, c'était une réaction chez moi. Il ne s'étonna pas. De toute manière il devait bien s'en douter. Je me suis mise à chantonner tout bas. Il ne faisais pas froid. Il y avait juste une légère brise. Je balançais mes jambes et le bus arriva.

Je me suis assise tout au fond après avoir passé ma carte, oui j'était abonné. J'habitais à l'autre bout de la vile, alors bon. J'ai pas le choix entre la limousine à mon grand père et le bus publique. Je n'aime pas être montré du doigt, donc je préfère le bus. Il s'assied à côté de moi. Il envoie toujours des sms.

Je sors mon téléphone portable et je regarde: C'est bon, elle a reçu mon bulletin. Mon portable vibre dans mes mains, Sebastian. Je le remets dans ma poche et je le laisse vibrer en paix. Mathilde me sourit et me dit: Je le trouverais tout seul. Je lui tends mon tel et il consulte mon numéro. On descend et on se doroge vers la ville. Puis on entre dans le coffeeshop et je m'assois et je me dévêtis.

Il fait de mêm. Puis un serveur vient et dit: Mathilde émit un petit rire et je lui ais donné un coup sous table, puis le serveur repris: Je regardais le serveur partir pendant que je retirais mes écouteurs. J'ai regardé Mathilde et je lui ais dit: Pourquoi tu m'as invité à boire un café un vendredi après-midi? C'est pas pour discuter de la pluie et du beau temps je suppose. Tu fais quoi se soir?

Tu voudrais pas sortir? En plus je dois aller voir le médecin. Tu veux que j'aille en discothèque avec toi je suppose. Cassy a envie d'y aller avec toi en passant. Si tu change d'avis tu.. Oui, je sais, mais ça ne risque pas.

Le serveur apporta les boissons, je pris la mienne et je buvais mon thé lentement. Je regardais le beau paysage de la ville. Pleins de gens passaient avec des sachets à la main et des téléphones portables à l'oreille ou des oreillettes. Certains se disputaient pour des taxi et d'autres attendez dans les cages de bus en jouant des jambes car ils avaient froid.

Mathilde m'observait, je le savait. Son regard était pesant. Je ne supportais pas que l'on me contemple. Je trounais la tête vers lui et je dis: Au bout de 5 minutes de silence, Mathilde lança: C'était une phrase qui était tatoué sur mon épaule droite et qui était agrémenté d'une rose rouge au début. Je l'ais contemplé puis j'ai dit: Ça ne te concerne pas.

Il me fixa et soutint son regard. Il essayé de me déstabiliser et de deviner se que je pensais. Je soutint mon regard et je dis: Il me scrutait et chercher quelque chose pour me faire défaillir. Je mettais mon châle quand je dis: Puis je mets mon bonnet et je prends mon sac et je pars à la hâte. Ca l'amusait de me scruter ainsi?! Pour qui il se prend à la fin? C'est comme ça avec tout ces ovnis de toute manière.

Je suis dehors et je me suis mises à marcher dans la ville. Elle est belle, la Californie en automne. Je suis rentrée dans une petite boutique de maquillage et je regardais les palettes de couleurs vives. Ca me faisais un peu penser à une palette de peinture, sauf que celle-ci s'étalait sur le visage.

J'ai regardé tout partout et j'en pris une au hasard. J'en avais 5, de palettes de maquillage. Il y en a même une à 5 étage avec du fard à paupières, du rouges à lèvres et tout le tralalala. Ma mère me l'avait offert à mon 15 ième anniversaire, ma grand mère aussi m'a offert du maquillage. Mais mon père lui il a pensé à un Iphone, avec abonnement et à un Ipod touch. Comme quoi, ma famille a les moyens de me donner tout se que je veux.

Tout sauf l'amour parental et familial qu'il me faut. De toute manière, Nani était là, et Malarie, et Croquette.

Croquette c'est ma louve, et Malarie c'est ma chatonne. Nani est ma gouvernante. Oui, je sais, ça a l'air con, mais c'est ma seule famille. Bref, une fois sortie de la petite boutique, je suis allé à l'arrêt de bus. Que vais-je faire pendant deux heures?

Je suis sortie de l'arrêt de bus et je suis parti faire les boutiques. J'adorais tout se qui était gothique et romantique. Il y avais de beaux bustier noir avec de la dentelle rouge et blanche dessus. J'en pris un comme ça, puis un autre noir aussi avec des motifs floral baroque vert fluo et le troisième était blanc avec des motif de fleur noir. Puis je suis sortie. J'ai fais tout le tour des magasins et j'ai acheté de tout. Ma mère se plaignait que je ne m'occupe jamais de moi.

Comme ça c'est fait. Oui, je fais ça une fois par an, afin que ma mère arrête de me crier dessus. Il était 17h45 quand je suis rentré dans le cabinet médical. Je me dirige vers la secrétaire qui releva la tête et qui me demanda en faisant un petit sourire aimable: Je la remercier d'un sourire et je suis allé vers la salle d'attente avec tout les sachet de shopping. Je me suis posée et j'ai mis mes écouteurs.

Puis j'ai lancé ma musique. Puis Hello Hello de superbus, et ainsi s'enchaînaient 2 chanson derrière. Puis, vers 18h05 la porte s'ouvrit et et la tête du médecin apparut. Il m'a sourit et m'a dit: Puis je me suis levée et j'ai pis tout mes cas et j'entrais dans la pièce vers la quelle il me dirigeais. Je retire mes écouteurs et je m'assied face à son bureau. Il me regarde et me dis: Vos prises de sangs ont montré une anémie hémolytique , les globules rouges des drépanocytaires sont de forme anormale et donc elles sont détruites au niveau de la rate.

Vous avez en plus une pneumonie, une infection et j'ai compris que vous aviez aussi des crises cardio-vasculaires. Mais vous allez devoir séjourner à l'hopital. Je regardais dans le vide. Puis quelqu'un frappa à la porte. Je regardais à présent le mur vert et j'étais effrayé.

J'entendis une voix que je connaissais bien, je me suis retournais et j'ai regardé la personne qui était en face de moi, elle disait: Il était étonné et moi encore plus. Déjà parce que j'allais vivre dans le lieu que je déteste le plus et maintenant, j'apprends que mon médecin est le père de.. Je me lève brusquement et je prends toutes mes affaires puis je me barre en courant. Nan, c'est pas possible! Qu'ais-je bien pus faire pour mériter ça?!

Je me calme devant une chocolaterie. Puis je rentre tranquillement à pied chez moi une demi heure de marche donc. Je pose mes affaires dans ma grande chambre, et je m'affale sur mon lit, en passant par la case allumage d'ordinateur, puis je souffle. Que d'événements cette journée! Je ne pleure pas, je suis comme ça. Ce n'est pas parce que je vais être hospitalisée que j'ai peur, loin de là. Bref, je me retourne étalé sur mon lit et je regarde le plafond. Qu'est-ce qu'il est blanc.

Il y a des petites étoiles qu'il scintillent quand la lumière est éteinte. Bref, je me relève et je retire ma veste que j'accroche dans mon dressing. Je sors mon portable et je le mets à charger. Je retourne chercher mon ipod pour le mettre aussi à charger.

J'entends mon portable vibrer. On dirait presque une professionnelle. Ben ouai, je regarde les appels: J'ai décroché et j'ai répondu: Je vais me faire hospitalisée parce que j'ai une drépanocoysatode. Ou un truc dans se genre de nom bizarre. Passe moi ton pc alors. Tu peux même m'accompagner si tu veux! J'eus un double appel à se moment la et je dis à Angelo: Vient avec qui tu veux!

Je fais un sourire narquois derrière mon téléphone. Pourquoi ne pas y aller, après tout il n'y a rien à perdre! Je reprends Angelo et je dis: Tu viens avec moi en soirée se soir? Je remet Mathilde et il me dit: A toute à l'heure. Je me remets en mode Angelo, et je dis: Tu dois vraiment être malade pour vouloir y aller. Et, habille toi bien. J'ai jeté mon téléphone sur mon lit et je me suis déshabillé jusqu'à être en sous-vêtement.

Je suis allée devant la porte de mon grand dressing et je me suis regardé sur le miroire. Puis je me suis retourné et j'ai regardé mon dos.

Sur mon cou, à la verticale, il y avait écrit mon prénom en chinois. La date de naissance de ma meilleur amie. Puis j'ai ouvert mon dressing et j'ai pris des collants avec des losanges dessus et je les ais enfilé. Puis j'ai mis une robe courte qui s'arrête au milieux de mes cuisses, sans manche et sans bretelle, qui est plié à partir du bassin avec des touches de noeu en dentelles par-ci et par-là. Puis je range tout cet attirail et je regarde toute mes chaussures. J'avais une soixantaine de pair de bottes, une dizaine de ballerines, une centaines de paires de chaussures à talon et une quinzaine de baskets.

Je prends une paire d'escarpin noir vernis à bout rond et avec 10 centimètre de talon. Je regarde les veste et je prend une cape en fausse fourrure et je la pose sur mon lit. Je prend une pochette noir à paillette et je met un tube de gloss dedans, mon porte feuille, mon téléphone, mon Ipod et les clefs de la maison.

Je pose mon sac sur mon lit et je vais sur le pc. Je regarde l'heure, qui affichait 18h Je suis retournée dans mon dressing et j'ai pris un vernis blanc. Je me suis rassise sur ma chaise et j'ai commencé à mettre mon vernis. Délicatement pour ne pas déborder. Puis je le laisse sécher et je regarde mes doigts. Je l'ais super bien appliqué. C'est à cause de la peinture, comme je peint des deux mains, la pose de vernis m'est plus facile.

Je suis restée braqué sur le PC jusque 21h. Angelo klaxonnait en bas. On avait pas dis à 21h15? Puis je suis descendu. Il a un fort caractère et il ne se laisse jamais faire.

Bref, c'était Angel, mon ami depuis toute petite. Je me rappelle que quand nous étions petits, j'habitais chez ma grand-mère et elle avait plein de pommier et de cerisier. Il venait chez elle et nous allions tout au bout du vergé à 15 minutes de marche. Nous nous asseyons la, face au vide des champs et nous regardions le vide. On Jouait et on faisait comme si nous étions les seuls survivent d'une tempête ou autre. Bref, une fois devant la porte, ma pochette à la main, ma cape sur le dos, je suis montée dans sa jolie Audi Q7 Noire côté passager à l'avant et j'ai dis: Il démarre la voiture et je mets ma ceinture et je rajoute: Puis le silence s'installa entre nous.

Pas un silence pesant, non non, pas du tout. Un silence léger et apaisant. Angelo est très beau. Il est réputé dans son collège à cause de sa beauté, mais je me demande s'il peut rivaliser avec Mathilde. Il a les cheveux brun foncé et il est beau. Je vous ais déjà dis comment il est.

Mais pourquoi je parle de lui?! Le soleil m'a tapé sur la tête ou quoi?! En parlant de Mathilde, il faut que je change de médecin.

Je regarde Angel puis je lui acquiesce un petit sourire. Mais c'est la fin du monde! Je descend de la voiture et je me mets devant. Il me rejoint et je lui fait un coup de coude sur le bras et je dis: Je regarde l'entrée de la boîte qui est bondé et je dis: Tu peux me dire c'est qui les gens qu'on doit attendre steup?




histoires de sex bus sexe

Je me retrouve en face de deux jeunes femmes dont une ne me laisse pas indifférent. On commence à discuter. Parfois, elle ne voulait que ça. Elle était aussi adepte des jeux de rôle: Nous venons de vous envoyer un email de confirmation à l'adresse. Veuillez consulter votre boîte mail et cliquer sur le lien de validation de votre email pour finaliser l'inscription à la newsletter.

Recevez toutes nos newsletters. Gérer mon profil Mon compte Déconnexion. News minceur Recettes minceur Mincir: News jardin Aménagement jardin Jardinage: Suivez nous sur facebook! Suivez nous sur instagram! Suivez nous sur pinterest! Accueil Amour Sexo Sexe: J'aime Je n'aime plus 0. Elle jouit, donne ses lèvres à son amie. Elle demande une suite en murmurant.

Elle sent le premier doigt revenir là où il était, dans la vulve. Il glisse sur le clitoris. Un nouveau plaisir vient dans son ventre: Elle est encore secouée par un orgasme différent.

Elles en parlent souvent, ne franchissent jamais le cap. Et là, cet après-midi, elles osent aller très loin. Sans rien décider, rien préparer. La jeune femme cède à la demande, même si elle ne sait trop comment faire.

Un seul ongle suffit pour passer sous le vêtement. La pulpe du doigt touche enfin le sexe. Il est souple au début de la masturbation, il durcit juste un peu pendant. Sa main est tenue par celle de la copine. Il lui faut rester et recommencer. Ce qui aurait pu être une corvée devient un plaisir. En donner à une autre devient utile, nécessaire. En plus, avoir dans sa main toute la féminité de la camarade est en soi un plaisir. Elle se permet même des innovations: Elle alterne la pénétration dans le vagin et le cul.

Il se branle franchement sans se soucier de ce que pensent ou voient les filles. Les deux sont attentives. Elles aiment bien voir une queue dans la main de son propriétaire. Elles attendent la fin, quand le sperme sort en bouillon.

Il leur faut une suite à deux. Par-dessus la jupe, elle caresse la chatte. Elles se font presque face, elles se regardent dans les yeux. Il voit surtout la main chaparder le clitoris. II ressort sa bite, il se caresse sans pudeur.

.



Sexe femme mure le sexe pakistani

  • Histoires de sex bus sexe
  • Le sexe prono vidéo de sexe gratuit
  • Je le vois alors qui caresse son énorme verge en me regardant, déposant son regard sur mes seins.

Le sexe Tufik le sexe chatroulette


Je dois avouer qu'à ce stade, j'étais excité par la situation mais également ultra gêné car autant, draguer des filles de mon âge je savais faire, autant j'étais très timide devant une femme bien plus âgée que moi. Je ne savais pas du tout comment m'y prendre. Je déteste le café mais je ne voulais pas passer pour un enfant devant elle.

Nous finîmes alors par descendre de ce bus, je la suivie pour arriver devant son appartement dans un immeuble de beau standing. Tout en montant les escaliers, je me posais mille questions vu que j'étais actuellement en couple mais dans le même temps, je pouvais voir qu'elle avait vraiment de belle fesse qui me faisait envie. Arrivé devant la porte d'entrée de son appartement, elle se retourna, me plaqua contre le mur et m'embrassa tendrement.

Pendant qu'on s'embrassait, je me disais qu'avec mon âge elle pourrait être ma mère, mais je ne pouvais lui résister, je fis alors glisser ma main jusqu'à ses fesses bien arrondis. On finit par rentrer dans son appartement, elle me dit de m'installer dans le salon pendant qu'elle préparait le café.

Quelques minutes plus tard, elle revint habillé d'une simple nuisette qui mettait ses formes grandement en valeur. Je distinguais aisément ses seins et sa culotte. D'ailleurs, je n'aurais jamais cru qu'elle avait une poitrine aussi grosse, ceux de ma copine semblaient bien petit à coté.

Nous nous assîmes donc sur son canapé et bûmes le café. Au bout de quelques minutes, je ne pouvais plus résister à l'envie de l'embrasser. Je prenais sa tête entre mes mains et posais mes lèvres sur sa bouche. Elle ouvrit la sienne et fourra sa langue entre mes lèvres. Nos langues se cherchaient, se touchaient, s'enroulaient, on s'embrassait chaleureusement pendant de longue minutes.

Puis je me mis à penser à ma copine. Du coup, pris de remord, j'eus un mouvement de recul. Je ne savais pas quoi lui répondre. En effet, on pouvait distinguer assez facilement une grosse bosse dans mon pantalon. Et en plus de mon expérience, je n'ai aucun tabou! Je la pris dans mes bras, l'enlaçais et l'embrassais de nouveau. Puis, je lui retirais sa nuisette. J'avais en face moi un corps somptueux. Elle me pris alors par la main pour me conduire à sa chambre. Une fois dans sa chambre, j'embrassais ses seins et suçais ses tétons qui se réveillaient à mes coups de langue.

Puis, je descendais vers son ventre, j'embrassais son nombril au passage avant que mon visage ne se pose devant sa culotte. Je posais mes mains sur ses fesses, mes doigts passaient sous sa culotte et chatouillaient ses fesses, je la sentais frémir. Je fis alors descendre sa culotte afin de lui retirer. Je découvrais alors son sexe, une chatte pulpeuse et un peu poilue, je distinguaient ses grosses lèvres déjà humides. Du coup, je me levais afin de me déshabiller complètement puis elle m'embrassa à nouveau avant de se mettre à genoux devant moi.

Elle prit mon pénis dans sa main et le caressa lentement, puis elle lécha ma hampe sur toute la longueur avec sa langue tout en me caressant les testicules. Enfin, elle me pris en bouche, sa langue tournait autour de mon sexe, puis elle l'enfonça complètement dans sa bouche, c'était la première fois qu'une femme me faisait une gorge profonde et je dus me concentrer pour ne pas jouir trop vite. Du coup, je le lui dis. Elle s'allongea alors sur le dos et écarta légèrement ses jambes. Cette femme à l'allure si conventionnel se lâchait complètement.

Je ne la fis pas attendre. Je mis ma tête entre ses jambes avant de commencer à lécher son minou déjà mouillé, sa cyprine avait un goût plus fort que celui de ma copine et j'adorais ça! Je sortis son clito de son capuchon et le titillais avec ma langue. Puis, j'écartais ses lèvres lentement et y introduit ma langue tout en jouant avec son clito entre mes doigts. Son corps ondulait, elle gémissait de plaisir, puis je retirais ma langue pour lui mettre deux doigts.

Je la masturbais ardemment pendant plusieurs minutes, elle criait de plus en plus fort tandis que j'introduisais un troisième doigt.

L'entendre crier son plaisir m'excitais encore plus. Fais de moi ta chienne du jour! Sans plus attendre, j'introduis alors mon sexe dans sa chatte, la sensation était fantastique.

Je commençais des vas-et-vient rapide, je tapais jusqu'au fond de sa grotte. Dans le même temps, je jouais avec son clito et ses tétons durs, je pelotais ses seins avec mes mains. Au bout de quelques minutes, on finit par changer de position, elle se mit en levrette.

Je fis alors de nouveau de violent vas-et-vient dans son vagin. Mes testicules tapaient contre le haut de ses cuisses. Dans le même temps, je massais son anus avec l'un de mes doigts. Baise bien ta pute du jour! Les doigts la comblent: Elle gémit un peu trop fort: Elle jouit, donne ses lèvres à son amie. Elle demande une suite en murmurant.

Elle sent le premier doigt revenir là où il était, dans la vulve. Il glisse sur le clitoris. Un nouveau plaisir vient dans son ventre: Elle est encore secouée par un orgasme différent.

Elles en parlent souvent, ne franchissent jamais le cap. Et là, cet après-midi, elles osent aller très loin. Sans rien décider, rien préparer. La jeune femme cède à la demande, même si elle ne sait trop comment faire. Un seul ongle suffit pour passer sous le vêtement. La pulpe du doigt touche enfin le sexe.

Il est souple au début de la masturbation, il durcit juste un peu pendant. Sa main est tenue par celle de la copine. Il lui faut rester et recommencer. Ce qui aurait pu être une corvée devient un plaisir. En donner à une autre devient utile, nécessaire.

En plus, avoir dans sa main toute la féminité de la camarade est en soi un plaisir. Elle se permet même des innovations: Elle alterne la pénétration dans le vagin et le cul. Il se branle franchement sans se soucier de ce que pensent ou voient les filles. Les deux sont attentives. Elles aiment bien voir une queue dans la main de son propriétaire. Elles attendent la fin, quand le sperme sort en bouillon. Il leur faut une suite à deux. Par-dessus la jupe, elle caresse la chatte.

Elles se font presque face, elles se regardent dans les yeux.