Sexe 18 ans texte sexe

sexe 18 ans texte sexe

Elle avait atteint le septième ciel. Finalement, je jouissais en de puissants jets de sperme dans son ventre. Garde-le en souvenir de ce soir. Marine se révéla plus discrète le restant de la soirée, à mon grand chagrin. Il était très tard lorsque les derniers invités quittèrent la salle des fêtes. Quelques amis restaient ici pour la nuit. Elle avait enlevé sa jolie robe et à la place enfilée une petite nuisette. Nous avions pariées là-dessus, et je lui avais également demandé de te donner sa petite culotte en guise de preuve.

Lisa essayait de retenir ses gémissements, tandis que de mon côté je faisais rouler ses mamelons entre le bout de mes doigts. Je remontais la nuisette autour de sa taille tout en baissant sa culotte pour mieux observer sa chatte lisse. Vingt minutes plus tard nos deux sacs de couchage étaient reliés.

Allongée entre mes cuisses Lisa avait enroulé sa langue autour de ma verge et la recouvrit de salive. Elle desserra son étreinte et descendit le long du mât pour aspirer avec ardeur mes testicules.

Je fini par la mettre sur le dos et lui écarter les jambes en grand, sa chatte était ruisselante de bonheur.

Mon sexe la pénétra sans difficulté et commença ses lents va et vient, tandis que Lisa croisait ses pieds autour de mes reins pour imprimer le rythme, toute frémissante.

Lisa récupéra du bout des doigts ma semence brûlante et la porta à sa bouche en affichant un petit sourire coquin. Il faut dire que ma mère est plutôt du genre strict et elle m'a toujours laissé assez peu de liberté. Et puis il m'est arrivé une histoire étonnante qui a changé ma vie Dans le pavillon voisin du notre, un jeune couple s'est installé il y a deux ans. L'homme, Serge, assez corpulent et avec un facies assez ingrat, ne m'a jamais fait rêver. Par contre sa femme, Mélanie, m'a tout de suite plu.

Je veux dire par là que je l'ai trouvée mignonne, bien que plus âgée que moi, 27 ans comme je l'appris par la suite. Elle était brune, à peine plus grande que moi mais avait une silhouette très féminine. Elle était très sympa aussi et il nous arrivait de temps en temps de papoter dans l'allée devant notre maison. Elle portait souvent des robes courtes et ses jambes étaient bien galbées.

Elle avait aussi une poitrine avantageuse, comme je devais m'en apercevoir peu de temps plus tard. En effet, nos jardins étaient mitoyens et l'été venu, je me rendis compte qu'elle aimait bien les bains de soleil. Elle ne travaillait que le matin et l'après-midi elle s'allongeait souvent dans un transat au soleil. Elle arrivait toujours vêtue d'un petit deux-pièces blanc plutôt mini et elle n'était pas plutôt allongée qu'elle dégrafait son soutien-gorge et enduisait ses seins de crème solaire.

J'avoue que je me mis peu à peu à la guetter et à la regarder par la fenêtre de ma chambre. Bien que n'ayant jamais été tentée par les femmes, je ne pouvais m'empêcher de la regarder masser ses seins: Je me mis alors souvent à me caresser en pensant à elle, rêvant que c'était moi qui enduisais ses seins de crème Et puis l'automne arriva et elle cessa de venir dans le jardin, le soleil se faisant moins présent.

Ma mère m'apprit un matin d'octobre qu'elle était enceinte. Lorsque je la rencontrais par la suite dans l'allée, elle me parla de cette grossesse désirée et de sa joie d'avoir une petite fille.

Je voyais à chaque rencontre son ventre s'arrondir et puis un jour ma mère m'apprit qu'elle était à la clinique et que l'accouchement s'était bien passé: Nous allâmes lui rendre visite, ma mère et moi et je fus très fière de pouvoir porter Carla dans mes bras et de la bercer. Quelque temps plus tard, elle rentra chez elle avec sa petite fille. Un après-midi que je l'a rencontrai dans l'allée, elle me proposa de venir prendre un verre chez elle: Cela va être l'heure de la tétée de Carla.

Viens donc à la maison prendre un rafraîchissement. Elle s'installa dans le canapé du salon et me dit: En revenant dans le salon, je vis qu'elle avait dégrafé son corsage et qu'elle donnait le sein à Carla. Je ne pus m'empêcher de sentir un trouble m'envahir en regardant cette scène intime. Au bout d'un moment, elle donna à Carla l'autre sein ce qui me permit d'entrevoir sa poitrine gonflée.

Et puis Carla s'endormit et Mélanie alla la déposer délicatement dans son berceau. En revenant, elle me dit: Une envie folle me traversa l'esprit: Cette pensée me troubla tellement que je préférai la quitter un peu brusquement en prétextant que j'avais des devoirs à faire Cette nuit-là, je me caressais plusieurs fois en pensant à elle.

...

Sex tapes Youtuber sexe frere soeur

Ecrivains en herbe et maîtres de la plume, vous pouvez aussi envoyer vos propres histoires et récits érotiques personnels. L a newsletter d'histoires de sexe Inscrivez-vous à la lettre d'information. Voir toutes les histoires de sexe de cet auteur. Faites d'HDS votre page de démarrage. Pour la première fois. Dans la zone rouge.

J'ai fêté mes 18 ans il y a quelques mois , et je suis encore vierge. Tellement occupé a sortir , travailler et rigoler , le sexe ne m'a jamais vraiment intéressée Alors que je suis assise devant l'écran de mon ordinateur , en jupe et tee-shirt , je me suis levée pour aller voir ce que faisait ma mère 6 mètres plus loin dans le salon Elle regardais ces vieilles séries , je retournais m'asseoir sur ma chaise quand tout a coup je sentis quelque chose de glacé dans mon entre jambe qui me recouvrit de frissons C'est alors que je me mis à parcourir sur des sites d'histoires et de vidéos de sexe.

Je me rendis compte que je mouillais et que mes tétons étaient durs , j'avais bel et bien envie de sexe , mais rien en vue et avec ma mère à côté c'était peine perdue. Je partis chercher de quoi grignoter afin de me changer les idées , mais en revenant dans ma chambre , j'ai fermé la porte et je commençais à me frotter contre le mur.

Puis je faisais des va-et-viens avec mon clitoris sur le bord de mon lit , mais que m'arrivait-il? Arrivée jusque là , je décidai de tenter quelque expérience afin de jouir Je me suis mis un doigt , puis deux , puis trois Et puis il m'est arrivé une histoire étonnante qui a changé ma vie Dans le pavillon voisin du notre, un jeune couple s'est installé il y a deux ans.

L'homme, Serge, assez corpulent et avec un facies assez ingrat, ne m'a jamais fait rêver. Par contre sa femme, Mélanie, m'a tout de suite plu.

Je veux dire par là que je l'ai trouvée mignonne, bien que plus âgée que moi, 27 ans comme je l'appris par la suite. Elle était brune, à peine plus grande que moi mais avait une silhouette très féminine. Elle était très sympa aussi et il nous arrivait de temps en temps de papoter dans l'allée devant notre maison. Elle portait souvent des robes courtes et ses jambes étaient bien galbées. Elle avait aussi une poitrine avantageuse, comme je devais m'en apercevoir peu de temps plus tard.

En effet, nos jardins étaient mitoyens et l'été venu, je me rendis compte qu'elle aimait bien les bains de soleil. Elle ne travaillait que le matin et l'après-midi elle s'allongeait souvent dans un transat au soleil. Elle arrivait toujours vêtue d'un petit deux-pièces blanc plutôt mini et elle n'était pas plutôt allongée qu'elle dégrafait son soutien-gorge et enduisait ses seins de crème solaire.

J'avoue que je me mis peu à peu à la guetter et à la regarder par la fenêtre de ma chambre. Bien que n'ayant jamais été tentée par les femmes, je ne pouvais m'empêcher de la regarder masser ses seins: Je me mis alors souvent à me caresser en pensant à elle, rêvant que c'était moi qui enduisais ses seins de crème Et puis l'automne arriva et elle cessa de venir dans le jardin, le soleil se faisant moins présent.

Ma mère m'apprit un matin d'octobre qu'elle était enceinte. Lorsque je la rencontrais par la suite dans l'allée, elle me parla de cette grossesse désirée et de sa joie d'avoir une petite fille.

Je voyais à chaque rencontre son ventre s'arrondir et puis un jour ma mère m'apprit qu'elle était à la clinique et que l'accouchement s'était bien passé: Nous allâmes lui rendre visite, ma mère et moi et je fus très fière de pouvoir porter Carla dans mes bras et de la bercer.

Quelque temps plus tard, elle rentra chez elle avec sa petite fille. Un après-midi que je l'a rencontrai dans l'allée, elle me proposa de venir prendre un verre chez elle: Cela va être l'heure de la tétée de Carla.

Viens donc à la maison prendre un rafraîchissement. Elle s'installa dans le canapé du salon et me dit: En revenant dans le salon, je vis qu'elle avait dégrafé son corsage et qu'elle donnait le sein à Carla. Je ne pus m'empêcher de sentir un trouble m'envahir en regardant cette scène intime. Au bout d'un moment, elle donna à Carla l'autre sein ce qui me permit d'entrevoir sa poitrine gonflée.

Et puis Carla s'endormit et Mélanie alla la déposer délicatement dans son berceau. En revenant, elle me dit: Une envie folle me traversa l'esprit: Cette pensée me troubla tellement que je préférai la quitter un peu brusquement en prétextant que j'avais des devoirs à faire Cette nuit-là, je me caressais plusieurs fois en pensant à elle.

Mais je n'eus pas le courage d'aller jusqu'au plaisir



sexe 18 ans texte sexe

.